lundi 16 juillet 2018

La Magie de Paris, Tome #2: Le calme et la tempête (Olivier Gay)

Bonjour à tous!

Je vous parle aujourd'hui du second tome de la saga La Magie de Paris de Olivier Gay. C'est un roman que j'avais très hâte de lire puisque j'avais ADORÉ le premier tome. J'attendais d'avoir le troisième tome en main pour lire celui-ci parce que je savais que j'aurais envie de connaître bien vite la suite (et c'est le cas). Un énorme merci à La boîte de diffusion et à Castelmore pour l'envoi de ce deuxième tome. Si vous n'avez pas lu le premier tome, vous pouvez toujours lire cette chronique à vos risques puisque possiblement que vous rencontrerez quelques "spoilers".

Titre: La Magie de Paris, Tome #2: Le calme et la tempête
Auteur: Olivier Gay
Éditeur: Castelmore
Année d'édition: 2018
Nombre de pages: 313 pages

Résumé : Après le désastre à la tour Eiffel, Thomas et Chloé sont en probation. Sur l’ordre de Mickael, David a rejoint leur classe afin de les protéger. Ou de les surveiller. Désormais, Chloé doit jongler entre préoccupations quotidiennes, combats contre les Goules… et une quête très personnelle. Car, maintenant qu’elle connaît sa condition, la jeune fille refuse de se lamenter sur son sort. Elle veut retrouver sa vie d’avant ! Et pour cela, elle n’hésitera pas à utiliser les rituels les plus anciens et les plus obscurs que Thomas pourra dénicher, même si cela mécontente quelques Mages au passage, même si cela implique d’aller au-devant du danger – et même si David risque de se dresser contre elle.

Mon Avis

J'étais vraiment trop contente de retrouver Chloé et Thomas dans cette deuxième aventure de La Magie de Paris. Encore une fois, je me suis beaucoup attachée à Chloé et j'ai adoré la découvrir sous un nouveau jour. Dans ce deuxième tome, on laisse entrevoir un peu d'amour entre les personnages et j'ai bien aimé cet aspect. Encore une fois, ce tome se dévore en quelques heures de lecture. Toujours autant d'action au rendez-vous et des personnages tout aussi différents les uns des autres, il est facile de se retrouver dans les personnages. J'ai aimer voyager avec eux dans Paris et presque participer avec eux à leur quête.

Encore une fois, l'idée d'inclure l'escrime dans le combat est présent et c'est toujours un aspect du roman que j'ai beaucoup aimé. Sans aucun doute, c'est une saga qui s'améliore au fil des tomes et il me tarde donc de dévorer le troisième et dernier tome de cette série. Je vous invite à vous procurer ce tome sans hésiter, mais attendez d'avoir le temps pour la lecture parce que vous ne pourrez vous arrêter avant la dernière page. Je vous retrouve bien vite avec ma chronique du troisième tome.

Ma note: 9.5/10 :)

Encore une fois, merci à La boîte de diffusion et à Castelmore pour l'envoi de ce roman :)


vendredi 13 juillet 2018

La femme du gardien de zoo (Diane Ackerman)


Bonjour à tous!

Je vous retrouve aujourd'hui pour me mettre un peu à jour dans mes chroniques. J'ai peu de temps pour lire ces derniers jours et j'ai l'impression d'ouvrir sans cesse des livres qui ne m'interpellent pas tellement. Bref, je reviens donc vers vous pour vous parler du roman de Diane Ackerman qui s'intitule La femme du gardien de zoo. C'est un roman que m'a envoyé Diffusion Dimedia que je remercie énormément! 

Titre: La femme du gardien de zoo (Traduit de l'anglais)
Titre Original: The Zookeeper's Wife
Auteure: Diane Ackerman
Éditeur: Points (Grands romans)
Année d'édition: 2018
Nombre de pages: 360 pages

Résumé: Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie.
Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs – officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d’un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays… Grâce au courage de ce couple, trois cents d’entre eux seront sauvés. Inspiré du journal intime d’Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d’un couple soucieux de la cause animale qui s’engage dans une lutte secrète contre l’oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l’abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l’horreur.

Mon Avis

Tout d'abord, j'étais très contente de recevoir ce roman parce qu'il me faisait très envie. Dès que j'ai lu le résumé de cette histoire je me suis dit que c'était certainement un roman qui allait me plaire. Je suis une amoureuse des animaux et n'importe quelle personne qui m'amène au zoo me rend très heureuse. Également, c'est un roman qui se passe en Pologne durant la Seconde Guerre mondiale et cette période de l'histoire m'est bien connue. J'adore lire des romans qui se passent durant cette période. La combinaison des deux me plaisait donc beaucoup. J'ai également appris qu'il s'agit d'un roman dont l'adaptation cinématographique se retrouve sur Netflix. Ça me donnait donc bien envie de lire ce roman afin de découvrir le film par la suite (ce que je n'ai toujours pas fait).

On se plonge donc dans l'histoire d'un couple propriétaire du zoo de Varsovie à l'époque de la guerre. J'ai beaucoup aimé l'aspect d'avant-guerre où les personnages se disent que ça ne peut pas être vrai, que leur village ne sera pas touché, qu'ils seront épargnés de cette guerre difficile. Lorsque l'Allemagne entre en guerre le 1er septembre 1939, les personnages se rendent rapidement compte de leur erreur. Le zoo est détruit et les animaux restant se retrouveront ailleurs. Il débuteront un élevage de porcs qui est beaucoup mieux vu par les Nazis (qui les laisseront faire). Le couple cachera des juifs dans ce qui reste de leur zoo et leur courage rendra la vie sauve à plusieurs.

C'est donc une histoire de courage et d'amour pour ses semblables qui m'a beaucoup plu. L'histoire est magnifique et je me suis surprise à me lier aux personnages malgré la période difficile qu'ils traversent. On remarque l'entraide énorme qu'une telle période peut créer chez les gens. Le désir de survie est fort et un peu dirigé par la perte de leurs animaux qu'ils aimaient tant. J'ai eu un peu de mal avec le style d'écriture de l'auteure. Très peu de dialogue sont présent dans ce livre et c'est plutôt sous un style documentaire que l'histoire est racontée. Bien que l'auteure s'inspire effectivement d'un épisode réel de l'histoire, j'aurais appréciée davantage une écriture romancée. Toutefois, c'est évidemment une histoire à découvrir. J'aime d'ailleurs beaucoup découvrir des histoires comme celle-ci qui démontre le courage des gens durant cette période de l'histoire pour sauver des personnes qui seraient probablement mortes sans eux. Ces histoires de courage sont nombreuses mais inconnues de tous. J'apprécie les livres et romans qui racontent leur histoire.

Ma Note: 7/10 :)

Merci à Diffusion Dimedia pour l'envoi de ce joli roman!


mardi 10 juillet 2018

Sans Nimâmâ (Melanie Florence et François Thisdale)

Bonjour à tous!

Je sors un peu de mes publications habituelles pour vous parler d'un album jeunesse que j'ai reçu récemment. Je remercie d'ailleurs les éditions pour l'envoi de cette album. J'ai eu récemment envie de varier un peu mes publications sur le blog pour atteindre des gens différents je n'ai pas été déçue par la découverte de cette album.

Titre: Sans Nimâmâ (Traduit de l'anglais)
Titre Original: Missing Nimâmâ
Éditeur: Éditions des Plaines
Année d'édition: 2018 
Nombre de pages: 32 pages

Résumé: - Tan'te Nimâmâ ? je demande à Nôhkom. Où est Maman ?
- Elle fait partie des femmes disparues, Kamâmakos.
Elle m'appelle "petit papillon". Comme le faisait Nimâmâ. Avant qu'elle disparaisse.

Je souffre de la voir triste. Ma belle. Mon kamâmakos. Je serai toujours ta mère, Kateri. Tu n'as qu'à te regarder dans le miroir, ma chérie: tu as le sourire de ta mère.

Mon Avis

Je savais lorsque j'ai demandé à recevoir cet album pour en faire une chronique ici que ce serait un album jeunesse avec un sujet particulier. Un sujet difficile, mais qui doit être connu de tous. Je crois que c'est mission accomplie ici avec ce magnifique album qui raconte l'histoire d'une jeune fille qui a perdu sa maman. Sa maman est une jeune femme autochtone disparues comme plus de 1000 autres.

Un sujet difficile mais magnifiquement exprimée par cette histoire et ces superbes illustrations. Un album qui devrait être lu aux enfants et même, partagé dans les écoles. Je pense que même moi, adulte, j'ai appris des choses dans cette lecture. À la suite de l'histoire, on retrouve d'ailleurs une page qui décrit les faits et les chiffres. Une page qui fait peur, mais qui nous met face à la réalité. 

C'est donc une douce histoire accompagnée d'illustrations très belles. J'ai été impressionnée par la qualité de cet album. Je crois que c'est un très bon investissement littéraire pour les enfants. À lire avec eux ou bien simplement pour les laisser apprécier les jolies illustrations. Ce sont des illustrations qui parlent, qui vous racontent une histoire. Lauréait du prix "TD Canadian Children's Literature Award", je vous recommande moi aussi cette lecture sans aucune hésitation. C'est un album jeunesse tout simplement sublime.

Ma Note: 8/10 :)

Merci aux éditions les Plaines pour l'envoi de cet album jeunesse !! 

jeudi 5 juillet 2018

Butter (Erin Lange)

Bonjour à tous!

Je reviens aujourd'hui pour vous parler de ma dernière lecture. Il s'agit du roman de Erin Lange qui s'intitule Butter. C'est un roman qui traite du problème de l'obésité morbide chez un adolescent et c'était pour moi une première lecture traitant de ce sujet. Je remercie Gallimard jeunesse Canada pour l'envoi de ce roman! :)

Titre: Butter (Traduit de l'anglais)
Titre Original: Butter
Auteure: Erin Lange
Éditeur: L'école des loisirs
Année d'édition: 2018
Nombre de pages: 372 pages

Résumé: Il a tout essayé, rien n'y fait : Butter est malade de son poids. Et sa vie est devenue un enfer, avec les autres et avec lui-même. Alors pour en sortir, il lance un défi désespéré sur Internet : le 31 décembre, en direct, il mangera, mangera, mangera, jusqu'à ce que tout soit terminé. 

Mon Avis

J'avais vraiment très hâte de me plonger dans ce roman. Dès que je l'ai reçu, j'avais envie de le lire et c'est ce qui s'est produit. Comme je le disais, c'était pour moi une première lecture qui traitait de ce problème grandissant dans notre société et j'avais hâte de voir comment l'auteure allait aborder ce sujet. On découvre au fil de cette histoire un adolescent attachant qui vit dans un corps énorme. Il est très bien conscient de son problème et aimerait seulement avoir une adolescence normale. il voudrait avoir des amis, flirter, aller à des fêtes, etc. Toutefois, il se sent comme une simple bête de foire alors qu'à l'école, tout le monde le regarde. Il souffre de ce corps et met donc en place un plan où il tentera de manger jusqu'à la mort. Il appelle ceci son "dernier repas". 

Très rapidement, lorsque son plan est connu, il devient un adolescent populaire alors que des paris se font afin de savoir s'il réalisera son plan ou non et s'il survivra ou non. On voit donc dans cette histoire des adolescents sous un bon et un mauvais côté. Je me suis liée d'affection pour Butter et ses sentiments. J'avais envie d'entrer dans le roman pour lui dire que sa vie méritait d'être vécue et j'avais envie d'être son amie quitte à être sa seule amie. L'auteure démontre très bien que ces adolescents différents méritent autant que les autres d'avoir un cercle d'amis et on d'ailleurs besoin de ce support. On voit comment Butter devient une autre personne au fil de ce roman. Il prend de la confiance en lui et j'ai adoré ce côté de l'histoire.

Pour moi, c'est un roman qui se doit d'être lu et que les adolescents devraient tous lire. Il fait ressortir des valeurs d'amitié très forte et un courage immense de ce garçon. J'ai envie de vous dire de lire ce roman tout de suite. Parfois des passages sont plus difficiles à lire, mais l'histoire au final est tellement belle. Un roman qui traite de l'amitié, de l'amour, mais aussi des difficultés de la vie et du suicide chez les adolescents. Une hymne à l'amitié! 

 Ma Note: 9.5/10

Un énorme merci à Gallimard jeunesse Canada pour l'envoi de ce roman :)


Eliza et ses monstres (Francesca Zappia)

Bonjour à tous!

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler du roman Eliza et ses monstres de Francesca Zappia que j'ai lu durant mes vacances de la semaine dernière. C'était un roman qui me faisait envie depuis sa sortie et j'étais très contente de découvrir cette auteure.

Titre: Eliza et ses monstres (Traduit de l'anglais)
Titre Original: Eliza and her monsters
Auteure: Francesca Zappia
Éditeur: Robert Laffont (Collection R)
Année d'édition: 2018
Nombre de pages: 398 pages

Résumé: Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fille timide, intelligente, un peu étrange et... qui n'a pas d'amis.

Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire.
Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star.
Mais Eliza ne peut s'imaginer aimer le monde réel plus qu'elle n'aime sa communauté numérique.
Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d'être vécue hors ligne...

Mon Avis

J'avais bien hâte de découvrir cette auteure puisque j'avais beaucoup entendue parler en bien de son premier roman. Quand j'ai entendu la sortie de ce deuxième roman et les commentaires positifs qui allaient avec, je me suis dis que c'était le moment pour moi de la découvrir. Je n'étais pas certaine que l'univers allait me plaire mais je me suis tout de même plongée dans cette lecture et je n'ai pas été déçue. Bien qu'effectivement, l'univers n'est pas totalement mon genre, je me suis prise d'affection pour Eliza et son histoire. J'avais toujours envie d'en connaître un peu plus sur elle. Également, le livre étant remplis d'illustration, le concept est original et m'a bien plu.

J'ai aimé rencontrer Eliza, la fille timide qui aime rester seule chez elle. J'ai particulièrement aimé le fait que pour elle, ce n'est pas un problème de rester seule. Elle ne se sent pas mal avec la situation et a appris à se trouver des passions tout en étant seule avec elle même. Bien que la situation inquiète ses parents, on voit également son côté à elle qui est très heureuse de vivre dans la solitude de sa chambre. Je me retrouvais à travers elle lors de ma lecture et c'est ce qui m,a fait apprécier encore plus ce roman.

Je vous conseille donc cette lecture pour les vacances d'été qui commence probablement pour vous très bientôt si elles ne sont pas déjà entamées. Une lecture qui nous transporte dans le monde imaginaire d'Eliza et ses monstres.

Ma note: 8/10   

jeudi 28 juin 2018

La maison Rozenbaum (Évelyne Lagardet)

Bonjour à tous!

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler d'une lecture que j'ai complété depuis quelque temps. Je n'avais pas eu le temps de venir vous en parler puisque j'étais en vacances. Il s'agit d'un roman que m'a gentiment envoyé Interforum Éditis Canada. Je vous parle donc aujourd'hui de La maison Rozenbaum de Évelyne Lagardet.

Titre: La maison Rozenbaum
Auteure: Évelyne Lagardet
Éditeur: Plon
Année d'édition: 2018
Nombre de pages: 445 pages

Résumé: La Résistance s'organise à la La maison Rozenbaum ! Une histoire d’amour et d’amitié éblouissante, le combat de deux résistants de toujours pour se réapproprier leur vie.

Unis par un amour et un bonheur de vivre hors du commun, Sarah et Albert forment un couple merveilleux. Pour ces deux rescapés de l’enfer des camps de concentration, chaque minute est un pied de nez à la mort. Elle philosophe, lui pédagogue, musiciens, épris de culture, ils sont imprégnés d’humanisme. Lorsque le couperet Alzheimer tombe sur Sarah, ses fils décident, contre la volonté du couple, de placer leur mère à La Maison Rozenbaum, établissement jouissant d’une honorable réputation. Malgré leurs longues années de vie commune, les vieux amoureux n’ont jamais voulu se marier et les enfants de Sarah ont beau jeu d’exercer leur pouvoir sur elle tout en se débarrassant du beau-père. Pour retrouver l’amour de sa vie, Albert n’a d’autre choix que de se faire admettre à son tour dans cette bonne résidence où les déportés ont leur place. Pourtant, la respectabilité de façade cache une tout autre réalité. Dans ce lieu de nulle part où le personnel brutalise plus souvent qu’à son tour, les Anciens sont broyés. Les familles, complices ou révoltées sont réduites au silence. Par sa diversité culturelle, sociale et communautaire, la maison de retraite représente un microcosme où de la joie à l’horreur, tout bascule d’une minute à l’autre. Luttes, intrigues, prérogatives, sur ce terrain miné, les résidents sont les grands perdants.
Ce deuxième enfermement, ravive le douloureux passé de Sarah et Albert, mais aussi leur résilience. Pour rester humains, ils ont jadis opposé à la barbarie la solidarité et la folie de l’espoir. Sarah et Albert se lient d’amitié avec Pierre et Charles, un couple amoureux de toujours, ainsi qu’Henri, médecin et résistant de la première heure. Ensemble, dans le plus grand secret, ils vont créer un noyau de résistance. Animés par l’esprit du Conseil National de la Résistance, ils veulent mettre en place le programme, « Les jours heureux », au sein des La Maison Rozenbaum. Avec une vitalité espiègle, ils sèment un vent de révolte qui réveille leurs compagnons d’infortune. Par la grâce de la musique et de l’éveil des sens, les autres pensionnaires renouent avec leur vie.
Le mouvement prend de l’ampleur au grand dam de la direction…

Mon Avis

J'étais super enthousiaste à l'idée de lire ce roman parce que je trouvais vraiment l'idée derrière cette histoire originale. Plusieurs histoires et témoignage provenant de la période des camps de la mort ont été écrite, mais un roman où l'on rassemble des Juifs ayant vécus ces atrocités dans une même maison de retraite était une idée vraiment bonne.

Dès le début de ce roman, je me suis attachée aux personnages de Sarah et Albert. Ce sont deux personnes âgés qui n'ont pas la langue dans leur poche et qui, après avoir vécu le pire, n'ont pas envie de se faire dire comment vivre leur vieillesse. Ils veulent profiter de leur vie à fond et mettre un ensemble de plans à l'exécution afin de profiter de leurs dernières années. Il se retrouvent donc dans cette résidence pour personnes âgés destinés exclusivement aux Juifs ayant survécus à la Deuxième Guerre mondiale et aux atrocités liées à celle-ci. J'ai lu à une vitesse folle les premiers chapitres en apprenant à connaître ces deux personnages. 

J'ai eu plus de mal avec la suite de l'histoire. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup plus de longueurs qu'au début du roman et je perdais parfois le fil de l'histoire. On reste toutefois bien attaché aux personnages et à leur histoire, mais j'avais l'impression de ne pas savoir où l'auteure voulait aller. Je crois que c'est un roman qui peut plaire à bien des gens vu le caractère très original de l'histoire, mais pour moi, ça ne l'a pas fait (à mon grand désespoir parce que je voulais vraiment adorer cette histoire). Je pense simplement que j'aimerais rencontrer Sarah et Albert dans un autre contexte.

Tout de même, j'y ai lu de belles leçons de vie comme celle-ci: "Seuls les poissons morts suivent le courant! Ceux qui refusent de se laisser aller à une situation dépassent l'impossible!". L'auteure nous surprend donc tout de même avec des phrases de la sorte qui rend aux personnages un caractère d'une grande sagesse et fait découvrir de belles pépites au lecteur.

Ma Note: 5.5/10 

Un très grand merci à Interforum Éditis Canada pour l'envoi de ce roman et pour leur confiance!




mercredi 27 juin 2018

L'aube sera grandiose (Anne-Laure Bondoux)

Bonjour à tous!

Après une semaine de vacances que j'avais bien méritée, je suis de retour pour vous parler de quelques lectures. J'ai pris un peu de retard dans mes chroniques, mais je vous parle quand même de ma dernière lecture parce que je ne pouvais pas attendre plus longtemps pour vous faire découvrir ce roman. Il s'agit du dernier roman de Anne-Laure Bondoux qui s'intitule L'aube sera grandiose. Je remercie énormément Gallimard jeunesse Canada pour l'envoi de ce magnifique roman.

Titre: L'aube sera grandiose
Auteure: Anne-Laure Bondoux
Éditeur: Gallimard jeunesse
Année d'édition: 2017
Nombre de pages: 296 pages

Résumé: Titania emmène sa fille, Nine, seize ans, dans une mystérieuse cabane au bord d'un lac. Il est temps pour elle de lui dévoiler des événements de sa vie qu'elle lui a cachés jusqu'alors. Nine écoute, suspendue aux paroles de sa mère. Flash-back, anecdotes, personnages flamboyants, récits en eaux troubles, souvenirs souvent drôles et parfois tragiques, bouleversants, fascinants secrets... Peu à peu jaillit un étonnant roman familial, qui va prendre, pour Nine, un nouveau tour au matin..

Mon Avis

Tout d'abord, vous avez vu cette couverture? Elle est MAGNIFIQUE!! Eh bien je vous dirais qu'elle représente très bien son histoire. L'histoire est aussi douce, magnifique et elle entoure le lecteur d'une chaleur comparable à un lever le soleil. J'ai adoré suivre l'histoire de Titania et de sa vie précédent la naissance de sa fille Nine. C'est une magnifique histoire qui nous fait découvrir des souvenirs secrets tout au fil du roman. Malgré parfois les longues description, ce roman m'a tenu en haleine du début à la fin. J'avais hâte de connaître la fin de l'histoire de Titania.

Je considère que c'est un roman qui se doit d'être lu. On y apprend plusieurs leçons qu'on pourrait appliquer dans notre vie plus axée sur l'argent et le désir de pouvoir. Cette histoire nous fait comprendre que la vie est belle et ce peu importe nos moyens et notre niveau dans la société. C'est donc à mon sens à moi une superbe histoire à découvrir. C'était pour moi mon premier roman d'Anne-Laure Bondoux et j'ai pas été déçue. Je pense me plonger éventuellement dans ses autres romans en espérant redécouvrir cette belle plume. Je vous encourage à lire ce roman sans hésiter. C'est également un roman qui nous remet le sourire et un certain baume sur notre coeur. 

Le roman inclu également de magnifiques illustrations que la fille de l'auteure a dessiné. On y apprend à la fin du roman que l'auteure a beaucoup apprécié partager ce projet d'écriture avec sa fille comme Titania partage son histoire avec sa fille Nine dans son roman. J'ai trouvé que c'était une magnifique idée en plus de rendre le roman vraiment très beau. Un petit plus qui m'a certainement conquis encore davantage. 

Ma Note: 9/10 :)

Un énorme merci aux éditions Gallimard Jeunesse Canada pour l'envoi de ce roman :)